Il y avait vraiment cru

Depuis le temps qu’on appelle un chat un chat,

Lui forcément il était Petit rat.

Rat, authentique, de haut en bas.

 

Rat il était donc.

 

Rat

Petit rat

Rat

Petit rat.

Mais voilà,

patatras.

 

Un jour qu’il ôtait son tutu, pris de curiosité,

de son recto il s’enquit et attentivement le scruta,

de queue, à son étonnement, point ne repéra

cette queue, objet de moquerie chez les gueux et maîtres queux

 

Petit rat s’étonna :

« Quoi ! Comme saint Thomas,

si j’en crois à ce que je vois, de queue je n’aurai pas ? »

 

Mais que ne vérifia-t-il bien avant !

Donc on lui aurait menti, raconté des histoires

bien fichu de sa poire !

 

Pas petit rat

Pas rat, hurrah !

Ah ! Ça m’ira

Ça ira, ça ira…

Sotte était sa crainte du chat

À lui les entrechats sans tracas.

Ah ! Ça lui va, ça lui va.

 

Tournez en rond, tous en rond

 

Du balai le chat,

Le ballet au petit rat.

 

Et ron et ron petit patapon.

 

*** fin ***

Le maître de ballet les uns et unes remercia :

« A tous, merci et à plus tard ! »

Et l’autre rangea dans le placard.

 

A certain déclara : Pleurniche pas, ce n’est qu’un titre « petit rat »

Rien de moins, rien de plus. Retire-moi ce tutu

Et dans la glace jette un œil sur ton versant fessu.

Rassure-toi, d’appendice caudal long et poilu tu es dépourvu. »

 

Petit rat, le cou se tordant, sur le champ constata, de joie sauta.

De queue, effectivement, il n’y avait pas !

 

Finie à jamais l’angoisse de croiser le matois chat.

Petit rat n’était pas un vrai rat.
Rat non pas mais tout bonnement Rat de l’Opéra !

 

« A moi les délicats entrechats et le cha cha cha

Même pas peur du chat cha cha cha

Pas papa rat, pas d’apparat

Rat mais pas rat, pas chat pacha

 

Turlututu en tutu, qui vivra verra

Taratata, Tara rata tata

Ah ! Ça ira, ça ira, ça rira. »

 

La compagnie gracieusement salua

et sur la pointe des pieds fila.