Malgré la profusion d’avertissements

nous ne nous montrons jamais suffisamment méfiants

ni assez prudents.

 

Pourtant dûment avertis nous le sommes, depuis belle lurette :

Ne laissez pas les enfants jouer avec des allumettes,

ni DSK approcher de trop près les soubrettes,

gardez-vous de confier l’auxiliaire être à Hamlet. Etc.

Ce ne sont pas aimables sornettes !

 

Pour ma part, j’y ajouterais, qu’on me le permette :

Méfiez-vous des ingénieurs qui se relâchent dans leurs inventions,

le bon sens voudrait que soit mieux guidées leurs manipulations.

 

Allez savoir comment s’y prit l’un d’eux, le dénommé Gustave Eiffel,

qui, s’étant approvisionné chez Ikéa en ferraille et petit matériel,

s’imagina que c’était jeu d’enfant de suivre les instructions de montage

pour dresser les doigts dans le nez haute tour à plusieurs étages.

 

Élémentaire mon cher : un fer, plus un fer et encore un fer

Et c’est gagné, dix de der.

photo Y. Gautron (Saint Paul de Vence)

Résultat des courses : Il s’est joué et m’a joué un vilain tour* l’as du Meccano

en se mélangeant joliment les pinceaux !

 

Admirez le travail : je suis un surprenant cheval tout de fers mal assemblés,

incapable en l’état de prétendre un jour officier honorablement dans un haras.

Adieu les viriles saillies, l’espérée prolifique carrière d’étalon, sûr, je n’aurai pas.

 

« Dans la vie faut pas s’en faire »

chanta Maurice Chevalier – le bien nommé ! – naguère.

L’homme au canotier aurait mieux fait de se taire.

*** fin ***

  • Si vous m’autorisez cet à-peu-près.

Hep !

 

Précipitez-vous sur les versions de mes excellents associés :

Alain Gautron, le Rêve Bleualain-apln-blog.fr

Océanique, oceanique.eklablog.com.