Il y avait vraiment cru

Depuis le temps qu’on appelle un chat un chat,

Lui forcément il était Petit rat.

Rat, authentique, de haut en bas.

 

Rat il était donc.

 

Rat

Petit rat

Rat

Petit rat.

Mais voilà,

patatras.

 

Un jour qu’il ôtait son tutu, pris de curiosité,

de son recto il s’enquit et attentivement le scruta,

de queue, à son étonnement, point ne repéra

cette queue, objet de moquerie chez les gueux et maîtres queux

 

Petit rat s’étonna :

« Quoi ! Comme saint Thomas,

si j’en crois à ce que je vois, de queue je n’aurai pas ? »

 

Mais que ne vérifia-t-il bien avant !

Donc on lui aurait menti, raconté des histoires

bien fichu de sa poire !

 

Pas petit rat

Pas rat, hurrah !

Ah ! Ça m’ira

Ça ira, ça ira…

Sotte était sa crainte du chat

À lui les entrechats sans tracas.

Ah ! Ça lui va, ça lui va.

 

Tournez en rond, tous en rond

 

Du balai le chat,

Le ballet au petit rat.

 

Et ron et ron petit patapon.

 

*** fin ***

26. juillet 2018 · 9 commentaires · Catégories: Petitalan, photos · Tags:

 

Surtout ne lui demandez pas,

Surtout ne lui demandez pas, comment il en est arrivé là

Queue en l’air, tête en contrebas

Le cou entre les pattes

Dans la posture de l’acrobate

Surtout ne lui demandez pas !

Le Chat ne vous répondra pas car il ne le sait pas.

C’est arrivé bêtement sans qu’il sache pourquoi

Il ne s’y attendait vraiment pas.

D’être à l’envers le rend amer de toute évidence

Minet en est tout retourné

De l’horizontal au vertical, à 90°, d’avoir basculé

Voilà qui échappe au bon sens

Chat viré,

totalement chaviré.

N’ajoutez pas à son désarroi, surtout ne lui demandez pas,

comment il en est arrivé là.

Parmi les messieurs qui l’observent on compte plus d’un envieux

de cette queue raide dressée tel un épieu.

Cela non plus le chat contorsionniste ne le sait pas.

*** fin ***

 

T755 deux chats

photo Yveline Gautron

 

” Dis Minou, vieux matou,

T’aurais pas comme un coup de mou ?

Tu attends quoi ? le 31 février

pour me rejoindre dans le grenier ?

 

Monte vite m’embrasser et m’enlacer.

Viens avec moi te rouler dans le foin et la  paille

Que nous célébrions comme il convient nos épousailles.

 

Prends ton élan et d’un coup de rein

Comme une fleur tu es à ma hauteur

Et d’un autre tu calmes illico mes ardeurs

 

– Holà, Minette,tout doux, tu as vu l’échelle ?

Je ne suis qu’une bestiole à quatre pattes, pas un acrobate

Et je n’ai pas l’échine souple d’un maître du barreau !

Dis-moi, il installe quand l’ascenseur le proprio ?

Je ne tiens pas à me retrouver cul par terre

Et endommager gravement mes lombaires

Tout ça pour une partie de pattes en l’air. “

 

Tout plaisir à son juste prix à payer, conformément à la loi du marché.

Dans cette histoire, l’hélant propose et l’hélé dispose.

C’est à lui de voir !

*** /***

Je vous invite et engage (courtoisement) à lire et apprécier la version d’Alain Gautron, au Rêve Bleu

http://alain.apln-blog.fr/

et celle de notre nouvelle associée Océanique

en cliquant sur

http://Oceanique.eklablog.com