Pipelettes, deux bicyclettes sur le trottoir

auraient bien voulu connaître le fin mot de l’histoire.

Pour les biclous, une histoire de fou,

une à dormir debout.

Là, énigmatique, sous leur nez, sous leurs yeux,

Un dessin mystérieux…

Un blanc vélo figé sur la chaussée devant le Verre Volé !

Qu’est-ce donc ?

se questionnèrent les machines à bidons et guidons.

« Moi, cousine, je penche pour un ange

l’immaculée créature étrange.

– Non, plutôt, peut-être, certainement un … répliqua interpellée

dont l’hypothèse avant d’être exprimée fut d’autorité rejetée

par celui qui ne pouvait s’empêcher de ramener son grain de selle.

Y a aucun mystère, je te l’assure, juste d’une peinture

Les anges ça n’existe pas, sauf dans les saintes écritures. »

 

Blanc vélo, vélo blanc, vert vélo, Verre Volé ?

Tout est embrouillé.

Cette silhouette toute blanche

ne serait-ce pas le fantôme de la Dame Blanche

La chérie de feu Fausto Coppi ?

Non.

Pas plus que le fantôme de l’Opéra

qui a à fouetter d’autres chats et petits rats.

Ni couvert de givre et de neige, Paul-Emile Victor

Revenant au port, de retour du Grand Nord.

 

Sûrement pas le fantôme d’Yves Montand et sa chère Paulette

la fille du facteur qui paradait en courte jupette sur sa bicyclette.

Non

Non

Alors qui, alors quoi ?

 

Pourquoi se perdre en vaines conjectures ?

Simplement, sur la chaussée, une urbaine peinture

pour signaler aux impétueux automobilistes

que le couloir à contre-sens est réservé aux cyclistes.

Qu’il faut les respecter, ne pas les renverser,

encore moins les écraser.

Serrons les freins, ne cherchons pas plus loin

Ce n’est nullement un phénomène surnaturel ou divin

Madame Hidalgo, notre maire à tous, aime bien les vélos

Métro, vélo, boulot

et pour les prolos, les bobos, pas de bobos.

*** fin ***