Si vous aviez pu voir… Si vous aviez pu voir…
… Voir comme il se languissait dans son Paradis
sans compagne, sans compagnon, sans compagnie !

Dans les jardins de l’Eden, notre père Adam tournait en rond.
Indéniablement quelque chose clochait, quelqu’un manquait.
Allez savoir : une ou un, mais quoi, mais qui, cela il l’ignorait.
Comment l’aurait-il su, lui, premier homme, novice en tout domaine.

Au coin du bois, il fut un jour brusquement surpris.
L’âge venu, une taraudante sève en lui montait.
Qu’était-ce donc que ce membre qui grossissait ?
Que faire, avec qui, avec quoi, un, une, avec lui ?

Faute de Maman, il n’avait pas reçu d’éducation sexuelle
et son suprême géniteur avait négligé sur le sujet l’essentiel…

A ses lamentations et longs sanglots
répondit un lointain écho venu de très haut :

« Que veux-tu ? Juste une aventure ou une liaison qui dure ?
– Je veux une femme pour tenir le ménage, docile et bonne au lit.
Une bien vigoureuse, courageuse, pas le genre tire-au-flanc. *
Y a-t-il parmi vous un dieu avisé qui saura me sortir de l’embarras. »

Pendant son profond sommeil dans le Jardin des Merveilles,
lestement, au couteau, un dépêché céleste lui ouvrit le flanc.
C’est ainsi que d’un morceau divinement prélevé naquit Ève.

DR

A son réveil, considérant la sanguinolente côtelette,
Adam s’écria : « Mazette, cela n’a ni queue ni tête !
Un os court ? Au secours ! Il y a loin de l’Eve à l’Adam…
Dites-moi comment m’y prendre pour l’entreprendre ?

– Attends un peu, n’en fais pas tout un plat, sache faire preuve de patience,
Avant de t’attaquer gaillardement au plat de résistance,
laisse quelque temps raisonnable la viande reposer.
Cela n’en sera que meilleur au moment de consommer. »

*** fin ***

* Il ne croyait pas si bien dire !

 » Le Big Boss veut qu’on fasse des marmots
Chéri, il va falloir dare-dare se mettre au boulot.
Pour respecter le divin règlement, en avant !  »
déclara l’impétueuse et sulfureuse Ève au placide Adam.


 D.R

  » Misère ! j’ai égaré la notice dans le Jardin des Délices !
rétorqua piteusement l’étourdi mari.
Au nom du Père et du fils
Nous ignorons quel orifice fera bon office ?
Qu’est-ce donc là chez moi ces bosses, chez toi tous ces trous ?
Que faire et qu’en faire ? Et nul ici ne peut nous renseigner
Puisque nous sommes les premiers.
Le serpent ment comme un arracheur de dents
Ne nous fions pas à lui pour faire des enfants,
Il nous a déjà valu pas mal d’emmerdements. »

Comment alors devaient-ils procéder pour procréer ?
Vice et versa, au diable la vertu, ils allaient tout essayer.
À l’envers et à l’endroit, de haut en bas, dans tous les sens,
Y compris à contre-sens, pour qu’arrive à bon port la semence.

L’idée leur vint de demander conseil au Saint-Esprit, une fois,
Et de l’histoire de l’humanité ce fut le premier ménage à trois.

A la tâche avec ardeur nos deux béotiens s’attelèrent
Et furent les premiers authentiques pervers sur Terre.

Ainsi Ève enfanta de son Caïn d’aîné de gosse.

Ayant le mode d’emploi, pour la suite, Abel et Cie,

ce fut plus classique, plus rapide et fastoche.   **

Comme l’a énoncé doctement Jean de la Fontaine,
 » Nous devons tout à nos aînés. « 


Dans notre longue histoire, que de fois ils furent copiés !

*** fin ***

* légèrement en avance sur son temps !

** c’est à eux que nous devons la nuit de noces.