La météo annonce le redoux.

Hop ! On rentre chez nous

Allez les filles,

joyeux drilles

– nous savons tous comme les mouettes si peu muettes sont rieuses –

En formation escadrille.

A mon signal, suivez la flèche, on décanille

Tout le monde en rang, droit devant.

Filons retrouver des parents qui nous sont si chers :

Le père

La mère

Les neveux et nièces, oncles, tantes, cousines

et surtout surtout notre mer.

Vivement qu’on visite sardines et harengs

et pas seulement

– elles font également leur régal d’étrilles, de crabes et éperlans

sans oublier les crevettes qui amènent à leur ordinaire bien du piment –

Allez les filles,

on décanille.

Prenons la route et le vent,

voilà le retour du printemps.

J’irai revoir ma Normandie,

Le pays qui m’a donné la vie.

Quittons dare-dare Paris,

Adieu Paname et son vacarme,

Pour nos palmes, la côte a plus de charme

Direction la Manche,

Honfleur, Trouville, Deauville et ses planches.

Vive la nature

et à la revoyure.

A bon entendeur, salut.

Allez les filles,

on décanille.

 

*** fin ***

Un commentaire

  1. un sacré besoin d’ évasion !
    Bien à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.