Le maître de ballet les uns et unes remercia :

« A tous, merci et à plus tard ! »

Et l’autre rangea dans le placard.

 

A certain déclara : Pleurniche pas, ce n’est qu’un titre « petit rat »

Rien de moins, rien de plus. Retire-moi ce tutu

Et dans la glace jette un œil sur ton versant fessu.

Rassure-toi, d’appendice caudal long et poilu tu es dépourvu. »

 

Petit rat, le cou se tordant, sur le champ constata, de joie sauta.

De queue, effectivement, il n’y avait pas !

 

Finie à jamais l’angoisse de croiser le matois chat.

Petit rat n’était pas un vrai rat.
Rat non pas mais tout bonnement Rat de l’Opéra !

 

« A moi les délicats entrechats et le cha cha cha

Même pas peur du chat cha cha cha

Pas papa rat, pas d’apparat

Rat mais pas rat, pas chat pacha

 

Turlututu en tutu, qui vivra verra

Taratata, Tara rata tata

Ah ! Ça ira, ça ira, ça rira. »

 

La compagnie gracieusement salua

et sur la pointe des pieds fila.

 

 

18. octobre 2018 · 4 commentaires · Catégories: Petitalan, photos · Tags:

Sur sa branche perché, le pigeon n’en revenait pas,

ne s’en remettait pas, il n’avait jamais vu ça ! Il en était baba.

« Qui va là ? Que voilà ? Halte-là !

Que vois-je ? Qu’est-ce ? Qu’est-ce là que cet échalas ?

Un authentique squelette tombé dont on ne sait quelle planète,

Assurément venu de perpète…  

 

 

– Cher Monsieur, détrompez-vous, je ne suis pas un squelette.

Je reconnais être certes un peu maigrelette

Même dépourvue de rebondies fesses et de ronds seins,

à y regarder de près, je suis un beau brin de fille néanmoins.

A ma façon particulière, somme toute, une jolie petite gosse

 

Comme je n’étais pas bien grosse, sans bidoche, tout d’écorce,

certains moqueurs m’ont autrefois surnommée Brindille.

Mon vrai nom, c’est Camille.

Plus tard je veux devenir fleuriste.

 

– Naïve maigrichonne, garde-toi d’emprunter la mauvaise voie

Parole d’expérimenté ramier, crois-moi, tu risques de tomber de haut,

Taille et poids, je te l’assure, tu as tout tout tout, tous les atouts

pour être non pas fleuriste mais exceptionnelle fil-de-ferriste.

 

On est là tous les deux, en plein vent, à discuter le bout de gras, et tu as froid.

Je t’offre volontiers pour un instant un toit en t’accueillant chez moi.

J’ai de quoi te distraire aimablement avec moult jeux de société

et lorsque tu en seras lassée, te réchauffer sous un édredon en plumes

Puis, selon l’usage, tu le comprendras, j’userai de mon légitime droit de cuissage.

 

Négligeant sa vocation pour le commerce des fleurs

Brindille outrée par les propositions du monte-en-l’air

sur le champ joua les filles de l’air,

fille fil-de-ferriste à contre-cœur.

 

Ami, la morale retiens :

En chaque chose, il faut considérer la fin

(La Fontaine)

*** fin ***

 

Hep !

Précipitez-vous sur les versions de mes excellents associés :

Alain Gautron, le Rêve Bleualain-apln-blog.fr

Océanique, oceanique.eklablog.com.

 

13. octobre 2018 · 4 commentaires · Catégories: Petitalan, photos · Tags: