« Maître Corbeau sur un arbre perché

Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard par l’odeur alléché… »

Etc.

Le lecteur connait cette histoire mais pas toutes les histoires.

Notamment celle qui suit, que le réputé fabuliste se put narrer.

 

Il était une fois, plus tard, une autre fois…

On prend les mêmes et on recommence.

Sur le plateau, silence !

Action.

 

Tenant dans son bec un fromage, un corbeau haut perché

et un renard, tout en bas, les deux à observer, très affamé,

s’apprêtant à lui tenir son habituel flatteur langage…

 

Quand…

C’est alors que…

 

Le corvidé, du faîte, s’adressa fermement au renard :

« Stop, le rusé ! Sur le champ, je te prie d’arrêter ton cinéma.

Rengaine tes compliments sur mes merveilleux ramage et plumage,

j’aperçois, approchant, le Castrothéodoricien en quête d’inspiration.

 

Laissons l’observateur sur sa faim. Taisons-nous, ne bougeons plus.

Servons- lui notre revanche d’une animale et inamicale façon.

Je m’en délecte par avance.

Le sieur La Fontaine a joué suffisamment de tours aux aînés,

aux tiens, aux miens, qui sommes catalogués pour la postérité.

Le bonhomme nous aura collé à jamais une fâcheuse réputation

Pour toi, celle du fieffé escroc sans scrupule

Pour moi, celle d’un vaniteux crédule et ridicule.

Rira bien qui rira le dernier ! »

 

Sur ce, le corbeau se tint résolument coi.

Le renard, acquiesçant, son clapet boucla.

 

Le fabuliste pensait s’inspirer du duo une fois de plus

pour livrer à ses lecteurs une histoire à sa façon convenue.

Les deux, muets, la Muse décampa.

Rien à voir, rien à entendre, conclusion : rien à écrire.

Ô rage ! Ô désespoir !

Il s’éloigna, on le conçoit, fort déçu

jurant mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus.

 

Que ne se retourna-t-il au bon moment !

Au comble de la joie d’avoir berné le poète, le corbeau ouvrit un large bec

et laissa s’échapper sa délectable proie dont le goupil s’empara aussi sec.

 

Qu’importe l’avortée nouvelle version !

De la fable première version, agréablement nous nous contentons.

 

*** fin ***

5 commentaires

  1. D’ après les rumeurs, ne serait pas fake new de rapporter que le sieur lafontaine aurait fait des copier-coller d’un certain ésope, qui n’ avait pas déposé brevet !
    Il semblerait donc que jamais le passé vraiment ne sert l’ avenir
    Bien à toi, il pleut, mais là aussi tu ne t’ en étonneras pas
    2ujlh1z.jpg

  2. Serais-ce à dire que point de rédemption
    Fieffé rusé tu es dans le catalogue des mémoires fieffé couillon tu restes
    Mais comme toi j’aime lire et relire La Fontaine qui dans la rivière aux ondes claires nous déverse ses moralités
    Belle journée ici gris clair
    Amitié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.