De tous côtés il ne s’agissait que de cela :
La dramatique chute du pouvoir d’achat.
Le moral était au niveau le plus bas.

Dans les départements limitrophes
Régnait un climat de catastrophe.

Sa voisine, sa fragile cousine l’Indre
Ne cessait de se plaindre et de geindre.
Le voisin, son cousin le petit Loir, par désespoir
Tel l’amoureux éconduit, venait de se jeter dans la Loire.

Ces lamentations, ces récriminations, tous ces sanglots,
De ce climat morose, il eut bientôt plein le dos.
Alors, abattu, lassé de ce sinistre concert
Le Cher renonça à lutter contre la vie chère *
Abandonnant lâchement son partenaire, le combatif Leclerc
– puisque c’est lui qui le dit, il ne saurait être mieux servi –

Dans ces conditions, pour lui et les autres rivières,
Comme il n’était plus question de faire bonne chère.
Débordant de chagrin de ses hospitalières rives,
Il nous offrit le triste spectacle de ses dérives.

Ce qui ne régla pas le problème de fond.

 

* chacun sait que le Cher est faible.

3 commentaires

  1. Qu’ il manque d’ eau ou qu’ il déborde, ce sont toujours des reproches que l’ humain lui fait, et on comprend qu’ à la fin, il se dise cause toujours !
    l’ homme sait assécher la mer d’ Aral, mais aussi a créé un lac à Assouan !
    Bien toi, il a bien plu
    35anel2.jpg

  2. le Cher fait ce qu’il veut, quand il veut, enfin presque, il doit faire alliance, pas allégeance à dame nature.
    Le soleil est encore là, alors je suis prolifique au jardin ^^
    Bonne fin de journée

  3. J’en ai touché un mot à la Vienne toute proche, mais comme elle n’est pas au mieux de sa forme, je n’ai pas insisté.
    Bien à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.