Un grand saule pleureur se tordait de douleur,
depuis quelque temps virant au franc pleurnicheur.

Mais pour quelle raison gémissait ainsi l’hypocondriaque ?

Sous lui ce n’était qu’une énorme flaque,
depuis qu’à sa barbe et à son nez on avait enlevé sa dulcinée,
une tendre compagne qui l’emplissait de félicité.

Saule seul.

D’icelle, menuisiers et ébénistes, d’authentiques dég…
avait transformé la douce Saulette en armoire à glace.

Pauvre arbre solitaire, son ange de douceur
affichait désormais une carrure de déménageur.

On peut avoir l’esprit large mais aussi
comprendre sa douleur.

 

4 commentaires

  1. c’ est quand même un comble de voir l’ homme prétendre défendre les arbres, en écrivant sur du papier issu des arbres !
    Bien utile le saule pour drainer le sol, surtout lorsque la pluie s’ invite un peu trop !
    Bien à toi sous la grisaille !
    2e2p36d.jpg

  2. Un bien bel arbre, les plantes se parlent, je n’en doute pas
    timide soleil,
    bonne fin de journée

  3. Nous l’avons abattu et il a terminé sa vie à nous chauffer. Solitaire il était.

  4. Sans doute maintenant Saulette réfléchit-elle à comment retrouver son amant…
    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.