17 commentaires

  1. alors, quitte ton plumard, prends y rancard, et fais nous du Fragonard !
    Bien à toi !
    mini_18022706252085201.jpg

  2. Avant il y avait plein de cadenas, c’était mortel, dans tous les sens du terme. Bon ben… si un jour on se croise sur le Pont des Arts, on ira casser une croûte chez la Mère Poulard. Ah non, mince, c’est au Mont Saint-Michel, ça. Trop nulle ma vanne !

    Fille Locoin

    • Si par hasard, sur l’ pont des Arts, tu croises le vent, le vent fripon, prudence, prends garde à ton jupon…
      Depuis le temps que tu me dis qu’on se rencontrerait (déjà quand tu étais toute petite), je n’y crois plus guère. J’ai arraché notre cadenas, na !
      Père Lebonsens.

  3. Disons que la dernière fois que je devais venir à Paris, il y a deux ans, je crois, il y a eu une grève des trains. Comme par hasard… Et quasiment à chaque fois que je veux prendre un billet pour Paris, il y a une grève des trains. Maintenant, depuis la Lorraine, c’est plus cher avec le TGV, so… Mais j’y crois, moi, à notre rencontre père et fille. Ouais ouais.

    Fille Ldefer

  4. ça fait des lustres que les jeunes filles ne portent plus de jupon… doit être triste, le vent, de ne plus pouvoir être fripon ! 🙄
    bien à toi !

    • C’était frais et charmant les jupons mais c’était avant. Il y avait même des superposés, cela faisait de jolies corbeilles.
      Bien à toi.
      Il a neigé à Paris vers midi et il fait froid.

  5. Il pleut, il pleut, mes frères …
    Sur l’pont des arts, un moment bien ciblé par le photographe

    Deux couples se croisent, sombres silhouettes qui se fondent dans la grisaille

    Quelques touches de couleur, et tout change : Bien centré, un groupe attire nos regards
    Le rouge est mis, le blanc aussi :

    Sous son parapluie, haut levé, qu’elle est est rassurante, cette jeune femme!
    Pour un peu, on la suivrait dans sa promenade…
    Plus loin un couple s’étreint, coloré lui aussi

    Moments de douceur, qui font chaud au coeur, dans un jour bien gris …

    Et puis, tout au bout, grise et solitaire, tournée vers l’eau sombre, attend une femme …
    Que le parapluie rouge lui donne envie de sourire !

    • Ce jour là il y avait non seulement la pluie mais un vent violent. J’ai fini par replier le mien après bien des efforts pour le redresser.
      Heureusement pour le photographe il y a eu ces belles couleurs sinon la photo était quelconque.
      Bien à toi.
      Nous avons eu de la neige à midi et tout a disparu, sauf un vent glacial. Désagréable et insistant.

      • Vent plus que désagréable ici aussi !
        Températures basses cette année, au dessous de zéro, c’est rare par ici
        Fait donc frisquet, mais nous sommes encore en hiver …

        Cela ressemble (un tout petit peu) aux hivers d’autrefois, en Limousin, lorsque les fontaines gelaient dans les rues . 😮 On oublie si vite que les maisons n’avaient pas toutes l’eau potable !

        Des maisons d’ailleurs peu chauffées, par la cuisinière à bois ou à charbon, qui fournissait aussi l’eau chaude. 🙁
        Personne ne s’en plaignait, on sortait les duvets. (Nous devions être moins frileux ; mais nous nous sommes habitués au progrès, maintenant, nous grelotterions )

        Pas sûr que nous aimerions revenir en arrière 😀

        • J’ai connu cela aussi – je suis né en 39, la guerre, l’après-guerre. Pas d’eau chaude, pas de douche. Le froid aux pieds et aux mains, les engelures, la couverture chauffante, l’édredon, les chaussettes la nuit, le seul poêle pour chauffer la maison, les pièces condamnées l’hiver, pas d’eau chaude, le givre le matin sur les carreaux à l’intérieur de la chambre… Si on se plaignait, on subissait.
          Sous l’influence des médias qui font dans la catastrophe (c’est vendeur, un centimètre de neige qui paralyse un pays) – la neige, les crues, la sécheresse (les lois de la nature, quoi), tout devient sur-dimensionné. Et ce ressenti, ça m’énerve… autant que les pubs de commejaime de la Davant Guerre, c’est dire…

          • Mêmes souvenirs, donc ?
            Oui, c’est agaçant d’entendre parler de catastrophes pour quelques jours de froid ou de neige. On dirait qu’on veut alarmer tout le monde
            On en remet une couche avec le ressenti et nous sommes tous déboussolés

            Je me demande comment on ferait, si d’un coup, on revenait 70 ans en arrière, sans téléphone portable (et même souvent sans téléphone fixe), sans électricité et même sans essence
            (Ah ! Ces gazogènes remis en circulation pendant la guerre !)

            Autrement dit, ne l’oublions pas, le besoin crée souvent des astuces ou un recours occasionnel à d’anciennes méthodes, et donne même des idées pour pallier au manque

            Serions-nous devenus trop accro à notre confort, au point de ne supporter aucun aléa ?
            Et puis, sérieusement, doit-on engager des dépenses annuelles inconsidérées pour des événements climatiques rarissimes ?

            La vie est précieuse . Qu’on assure la sécurité, d’accord.
            C’est d’ailleurs ce qui se fait, la plupart du temps.
            Parfois avec un certain retard dû à ces événements exceptionnels.
            (Que le plan soit établi et testé à l’avance, que les priorités soient définies pour être efficace, évitera de mobiliser trop de moyens inefficaces)
            .
            Mais _ et c’est rassurant_ on mobilise toujours des moyens exceptionnels pour les cas extrêmes

            Mais n’est-ce pas à chacun de nous de prendre un minimum de précautions avant de prendre la route, si la météo est mauvaise ?
            ——
            🙄 Déjà le redoux, ça ne sera peut-être pas la joie, mais pourquoi s’affoler déjà ? 😥

  6. il est enfon débarrassé de ses cadenas, il était bien temps !

  7. J’ai la nostalgie de ces cadenas, le pont des arts a-t-il perdu son âme ?
    soleil et froid
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.