L’oncle Gaston (Tom étant déjà pris et réservé) tapota délicatement sa pipe sur son talon – tap tap tap – et l’enfourna dans la poche de son large pantalon.

 

Il toussota et en guise de sommaire ramonage nécessaire se racla la gorge, le tabac vous colle un genre de suie dans les conduits. Si on veut être entendu, mieux vaut faire le ménage dans les tuyaux. Par précaution, au préalable évacuer.

 

« Hum hum hum ! Silence dans les rangs, écoutez bien l’histoire que voilà ! »

 

Les enfants en ordre se rassemblèrent,

en rond autour de tonton conteur,

se mirèrent en position tailleur.

 

« Il était une fois…

– Les histoires débutent toujours ainsi depuis bien longtemps

 

Il était une fois, dans un enclos trois drôles de cocos,

à qui mieux mieux sur ce qu’ils estimaient être un mauvais coup du sort,

se lamentaient et bruyamment se plaignaient.

 

Une ânesse, une chèvre et une poule.

photo Yveline Gautron.

 

Furieusement, l’une brayait, l’autre bêlait, la dernière caquetait.

L’ânesse protestait rageusement en tapant du sabot  :

« Mon mari est un âne, ignorant, têtu, fieffé buté.

Allez donc faire entendre raison à un animal bâté !

Qu’ai-je fait au ciel pour mériter un si grossier partenaire ?

Pourquoi ne suis-je tombée sur un compagnon éduqué ? »

 

La chèvre dans les véhémentes protestations n’était nullement en reste :

« Je vous comprends ma chère, pour ma part je n’ai pas non plus été gâtée,

Dieu m’a abandonnée en me confiant au Diable !

Mon barbu de bouc est une brute, à toute heure, du matin au soir, en rut,

Sans aucun souci de ménager ma fragile croupe

qui en est endolorie à un point que je ne peux plus m’asseoir !

Et de surcroît, il pue pue pue… mais pue pue tant que je n’en peux plus. »

 

La poule, tout en picorant à son habitude inlassablement, geignait :

« Vous vous plaignez mesdames mais que dire du mien, de cet emplumé vaniteux,

Un bellâtre, coq tout à la fois de la basse-cour et du village

Sous mes yeux, toutes mes frangines passent à la casserole.

Comment expliquer ce comportement paternel à mes enfants, poussins sains ? »

 

Elles en appelèrent au ciel.

Pris à témoin, Jupiter qui règne tout là-haut en compagnie d’autres éminents confrères, agacé par les bruyantes jérémiades, répondit tout en se défaussant sur son collègue l’autoproclamé Créateur, celui qui aurait tout inventé, de la machine à café à la crème de beauté, le fil à couper le beurre, sans oublier le tire-bouchon :

 

« Je vous entends d’où je suis, je suis loin d’être sourd, amplement je compatis

Mais je ne me sens nullement responsable de vos prétendus malheurs

Après réflexion, cependant je déclare que vous n’êtes pas les plus mal loties

Honnêtement et franchement, de quoi vous plaignez-vous ?

Regardez autour de vous !

 

Modestes créatures, soyez un instant objectives

et songez à la misérable condition de madame Pou.

Son mari est vilain comme tout – ne dit-on pas laid comme un pou ? -,

Et sa progéniture, ce qui l’agace considérablement, est lente mais lente…

 

Pou pou pou pidou.

 

Quant à vous trois,

je vous conseille de continuver à vaquer à vos coutumières occupations,

Il faut savoir raisonnablement se contenter de votre terrestre condition.

Le Créateur, avec qui je ne saurais entrer en conflit, on se serre les coudes ici, l’a voulu ainsi, faites avec. Voilà mon conseil. »

 

Sur cette sentence sans appel, Jupiter en grand juge de paix (des ménages) dignement se retira, considérant avoir avec sagesse réglé le problème des plaignants.

 Les dieux surchargés de dossiers sont ainsi, ils se doivent de gérer au plus vite et au mieux les affaires courantes.

Tonton Gaston signifia qu’il en avait terminé, qu’on pouvait se lever.

 

Il restait à l’auditoire à méditer et tirer leçon de cette morale.

 

Merci encore à lui d’avoir narré cette édifiante histoire (à dormir debout).

 

*** fin ***

 

Hep !

précipitez-vous sur les versions de :

Alain Gautron, le Rêve Bleu, alain-apln-blog.fr

Océanique, oceanique.eklablog.com.

 

13 commentaires

  1. tu aurais pu terminer l’ histoire en mentionnant qu’ ils se marièrent et eurent beaucoup d’ enfants !
    Jupiter est convenu que le créateur nous a mis sur terre, et qu’ à partir de là, il a pensé : démerdez vous !
    Bien à toi, il pleut, mais tu t’ en doutais déjà
    15xmxrm.jpg

  2. Tu passes du coq a l’ane humoristiquement.Bizz ( toujours pas d’eau ni de neige :grave pour cet été )

  3. le lait d’ânesse c’est bon pour ma peau…

  4. Faire appel aux éléments supérieurs pour régler les conflits terrestres n”est-ce pas aussi se décharger de ses responsabilités …
    Jupiter l’a bien dit je ne réglerais pas tous les problèmes … prenez vous en main !
    Chacun ne voudrait-il pas être autre ainsi va la vie.
    Moi j’aurais voulu écrire le conte taconté par tonton au lieu de ma bleuette, mais bon je n’en suis pas si marrie que ça. Ca me ressemble. Et mettre en scène les animaux me ravi
    Belle journée compère
    Bises

    • L’homme n’a pas inventé les dieux sans raison. En effet c’est bien pratique dans bcp de situations. Je m’en lave les mains… Dém… toi et le ciel t’aidera. On y croit (de bois ou de fer) ou pas.
      Quant à l’écriture tu sais bien que c’est très personnel et révélateur.
      Amitiés et bonne semaine.
      PS : je n’ai pas encore lu vos versions. J’y cours, j’y vole.

  5. Est-ce vraiment une fable ?
    On passe trop de temps à se plaindre sans se préoccuper des autres. Exemple : les marchés et les actionnaires.
    T’espère en forme.
    Bonne semaine et pensées vers Y.

  6. Ah bon , Jupiter s’occupe aussi de ça ? Comment veux-tu qu’après il ait le temps de gérer la France !!

  7. quand on oublie de se plaindre, on va déjà mieux
    le soleil a chassé le brouillard matinal
    bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.