Ouvrez le banc – Fermez le banc.

 Le corbeau sombrait dans le désespoir

Sur le banc où il s’était posé personne ne daignait s’asseoir.

A se demander s’il était pestiféré.

 

T758 corbeau-banc 170127 L 014 (11)

 

Solitaire à en mourir d’ennui

Il se morfondait de se retrouver sans compagnie.

 

Le Ciel, qui a de bonnes oreilles, qui nous surveille et sur nous veille, l’entendit

Pris de pitié, pour chasser du corvidé les idées noires,

D’urgence dépêcha une mouette (dite rieuse)

Une deuxième, une troisième… soixante et une… et emporté dans son élan

lui en envoya exactement 100, un nombre jugé suffisant.

 

Aussitôt posées, de piailler, jacasser, d’une intarissable faconde

Incapables de se tenir coites ne serait-ce qu’une seconde.

 

Maître Corbeau très vite s’en lassa.

A coups de bec, sans ménagement, l’une après l’autre,  les chassa.

De la première à la dernière. Du vent, la volière !

Les chassa, toutes, jusqu’à 100.

 

C’est ainsi qu’il se retrouva sur son banc sans.

***/***

 

N’oubliez pas de lire la version d’Alain Gautron, le Rêve Bleu

http://alain.apln-blog.fr/

Tout comme celle d’Océanique

http://oceanique.eklablog.com/

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.