De mémoire, jamais personne ne lui avait accordé considération et admiration

L’âne, ce qu’il estimait être franche injustice, ça le rendait grognon

– ce qui pourrait expliquer son proverbial caractère de cochon (!) –

Jusqu’à le reprocher injustement au voisin du moment un papillon

D’une beauté telle que de ses semblables certains faisaient collection.

 

T752 papillon & âne 160812 L 027 (4)

Le bourricot enrageait, s’en prenant à l’innocent qui placidement butinait.

« Tu es gracieux, ton vol est léger, tu as de belles couleurs, je te l’accorde

Quand tu te poses tu n’insultes pas la beauté des fleurs, cela je le sais

Mais fragile créature, misérable sans oreilles, sans pattes, sans cou ni croupe,

Le moindre souffle de vent au loin inexorablement t’emportera vers le néant.

Peu me chaut les éléments, la précarité, la fragilité, je ne connais pas !

Vois comme je suis fort et solidement planté sur mes quatre sabots.

De plus tu es réduite au silence, bien incapable de donner de la voix.

Ecoute à l’instant combien mon organe est puissant : hi han hi han ! »

 

Le papillon répondit à sa façon, par signes, sans élever le ton :

« Tends tes grandes oreilles et écoute-toi, ton braiment n’est guère mélodieux,

A t’entendre te manifester, de mon sort je déclare être heureux

Muet soit ! mais contrairement à toi, je n’ai pas à faire l’âne pour avoir du son ! »

Bien que privé de denture, du papillon la répartie fut incisive et mordante.

Le comble : être grillé par un flambé !

 

L’âne, profil bas, mit illico en sommeil son ego et se promit de mesurer à l’avenir ses propos.

Cela vaut avis à qui se lancerait inconsidérément dans l’invective avec de gros sabots.

*** fin ***

Et ne manquez pas la version d’Alain Gautron (le Rêve Bleu)

http://alain.apln-blog.fr/

18 commentaires

  1. Bravo pour cette fable tant pour l’interprétation que pour l’illustration 🙂
    Je m’en vais de ce pas voir celle de notre ami Alain.
    Bonne nuit si pas trop bouleversé par le résultat électoral, personnellement je suis abasourdie.

    • Merci pour l’encourageante et chaleureuse appréciation. Les commentaires sont rares sur les textes, aussi sont-ils bien reçus.
      Bien à toi.
      Cette élection est une mascarade de tous les côtés ou presque, notamment de la part de « grands » prétendants. Pauvre démocratie !

  2. extraordinaire une chenille rampante qui se transforme en papillon volant, mais aussi la démonstration que la beauté est bien éphémère, et qu’ après tout, mieux vaut être laid et tonitruant !
    Bien à toi, avec une belle gelée encore62335100234.jpg

  3. je ne lis pas les fables mais j’apprécie les 2 plans de la photo

  4. Chacun a sa beauté, j’aime bien la morale de cette fable.
    Toujours du grand beau
    Bonne soirée

  5. Intéressante confrontation ! La morale en est utile et les personnages bien campés. 😎

  6. Dans mes pérégrinations j’ai croisé et capté beaucoup d’ânes avec toujours un grand plaisir; animal doux et intelligent dont le ramage n’est peut-être pas mélodieux les grandes oreilles ayant servi de bonnet afin que les enfants prennent un peu de son intelligence alors de grâce Cadichon ne te sous estime pas et ne fait pas ta mauvaise tête.
    J’ai aussi côtoyé des papillons qui vont et viennent et au moment du clic s’envolent.
    Chaque être ayant sa place dans le monde
    Certains papillonnent quand d’autres brayent comme des ânes sans leur douceur et leur bons sens
    Belle journée Alain
    Bises amicales

    • On a de tout temps fait grand tort à l’âne qui est pourtant dans ses comportements fort intéressant. Plutôt observer un seul âne qu’un troupeau de bovins inexpressifs.
      Bien à toi et bonne journée.

  7. Âne ou papillon, chacun a sa place en ce monde, et c’est bien ainsi. L’un ne sait que faire l’âne et l’autre que papillonner, enfin, c’est ce qu’on dit. Quant aux humains…
    Bien à toi, cher Associé

  8. Je suis attristée de voir que cette belle fable considère l’âne non pas avec la douceur de ses grandes oreilles mais avec la lourdeur de ses sabots !
    Enfin , j’aime autant les papillons que les ânes dans l’immense variété des êtres vivants de la planète,tout en sachant qu’il est plus facile de comprendre son semblable !
    En tous cas, merci pour cette fable agréable à lire et pour la superbe photo !
    Amicalement
    Blanche

    • Les ânes sont loin de me laisser indifférent, j’admire leur « personnalité » et leur caractère – j’en ai deux pour immédiats voisins et je vais souvent leur parler, caresser, brosser. Ce que je ne fais pas pour les papillons !
      En ouverture je me suis fait leur avocat et déploré les préjugés qu’ils inspirent injustement. Cela remonte à loin dans l’histoire, la légende du Christ.
      Ce n’est qu’un texte.
      Peut-être devrais-je me pencher vers l’autre version, qui leur soit favorable. Je vais y réfléchir, c’est un bon sujet.
      L’équilibre et la justice seront rétablies.
      Merci pour la visite et le com.
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.