Allongée, nue, était-ce bien toi, toi la Toinon ?

Dis-moi oui, dis-moi non !

Crénom, sais-tu bien qu’on voyait ton buisson,

M’enfin ! Un peu de pudeur, tu aurais dû couvrir ta toison !

T799 ponton IMG_1142 (1)

 Sur le bois surchauffé des lattes, ô merveille,

Tu te donnais voluptueusement au soleil

Immobile, sans roulis ni tangage dans ton corps sage.

 

Phoebus te lardait de ses rayons ardents.

Mettant du cœur à l’ouvrage, en cadence, bien à l’oeuvre,

Hissez les couleurs ! A l’abordage ! Hardi à la manœuvre.

 

Que les dieux du ciel soient bénis.

Oui, oui.

 

Consentante, soumise, langoureusement tu t’es offerte

A ta fourche  une blanche corolle s’est ouverte.

Voyant qu’elle allait s’échapper, tu as gémi : « Ma fleur ! Ma fleur ! »

– bien évidemment, complice, tu n’allais pas crier : « Au voleur, au voleur ! » 

 

Témoin discret de la scène,

jusque là s’étant bien gardé de troubler les ébats,

Alexandre du mât s’écria : « Marguerite, Marguerite, ne nous quitte pas ! »

 

Erreur sur la personne. Pas Marguerite, Toinon, Toinon !

 La réalité dépasse parfois et souvent l’affliction.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.