Notre pays est en état d’urgence.

Mais il y a aussi urgence pour les contes d’autrefois.

Urgence et nécessité absolue de les revisiter, dépoussiérer, les réactualiser.

 

Liberté, égalité, fraternité, vive la République.

Oust ! les rois et les reines de jadis, du balai les parents indignes qui malmènent leur innocente descendance. Arrachons sans état d’âme les dents des vilaines sorcières et des ogres gloutons, brisons les baguettes des malfaisantes fées et secouons sans façon les princes charmants dans leurs interventions déplorablement nonchalants.

Ils sont lents, ils prennent leur temps. Bourrons-les de vitamines C, gavons-les, qu’ils affirment ostensiblement leur virilité – y a des trous à combler. Songez – quel scandale ! –  que certaines princesses durent attendre 100 ans avant que Monsieur daigne pointer son nez et le reste.

Sur les uns et les autres, on ne nous a pas tout révélé.

Moi, je sais. Et vais vous dire.

Débutons par l’innocente Blanche-Neige, la protégée des 7 nains – Cendrillon et le Chaperon, plus tard y passeront, chaque chose en son temps.

Taraudante interrogation depuis des générations. La vraie question, l’essentielle en fait, ne nous voilons pas la face. La pure Blanche-Neige, oui ou non, aura-t-elle fait le grand saut avec un de ceux qui rentraient en chantant du boulot, armés de pelle et de seau ?

Si oui, mais qui donc fut l’élu, l’heureux gagnant du tirage, s’interrogeait-on ?

Avant d’aller plus avant, il y est bon de rafraîchir les mémoires, nos mémoires d’enfant, c’est si loin tout cela !

Entre les parents de l’héroïne, ce n’était pas l’amour fou. Une mère acariâtre et  narcissique, son royal époux mou d’un peu partout.

Ordre est donné, car la jeune fille par sa juvénile beauté porte ombrage à la reine  qui veut demeurer la plus belle, de l’éloigner, de l’entraîner au loin et l’exécuter. De s’en débarrasser.

Le dossier est confié à un chasseur qui, au fond de lui brave homme, pris de scrupule et de pitié, l’épargne et dans la forêt l’abandonne.

B-N (gagnons un temps qui nous est précieux), prise de court, a pour tout maigre bagage une brosse à dents et deux strings.

Pour survivre, c’est léger, la voilà bien ennuyée.

Perdue, sans GPS, l’héroïne découvre une maisonnette, si petite que pour y pénétrer elle doit baisser la tête. Faut-il s’en s’étonner ? Non, car nous nous savons qu’il s’agit de la modeste habitation des nains – des personnes de petite taille, en politiquement correct.

En leur absence, elle entre et fait le tour du propriétaire. Salon, cuisine, commodités et la chambre commune avec 7 lits. Tout est inspecté. Le lieu plait, bien que la dimension des toilettes posa un léger problème  Faute de grive, on mange des merles.

N’ayant guère le choix, elle décide de provisoirement y séjourner. On verrait après pour les formalités.

Prêts ? Le récit débute ici.

 

Blanche Neige

Il était une fois… – car on se doit de toujours commencer les contes ainsi : il était une fois.

Le jour déclinait, rentrèrent au logis les Nains, en file indienne, par rang de taille, ou presque.

« Ciel ! s’exclamèrent-ils d’une seule voix, une princesse en notre logis, et voyez comme elle est jolie, jolie. » La chair fraîche ne ravit pas seulement les ogres…

Après qu’elle se fut expliquée, ils acceptèrent sa présence sous réserve de menus services d’ordre ménager à rendre et la prièrent de s’installer confortablement pour une semaine en attendant que s’arrangent ses affaires.

Oui mais, 8 pour 7 lits ? Comment faire, que faire pour que la morale soit sauve, qu’il n’y ait pas de jaloux, bien que les uns et l’autre soient novices et sans vice ?

La bienséance serait d’attribuer une couche à l’invitée ! Soit, ils en convinrent et admirent (du verbe admettre). On s’organisa. Chaque nuit, un des nains changerait de lit et serait hébergé par un nain cousin.

Or, la discrète B-N avait d’autres idées en tête, et pas uniquement en tête.

Il en alla tout autrement.

Notre ingénue n’était plus en âge d’être sage. Depuis quelque temps elle se réveillait en nage, dans un lit qui n’avait été que roulis et tangage.

Quoi ! Sans rivale, avec tous ces messieurs à portée de main, même nains, il ne se passerait rien !

On n’allait pas attendre ce fichu prince charmant qui se faisait désirer…

7 nuits, un délai raisonnable pour arriver à ses fins, estima-t-elle, assouvir sa faim.

La nuit tombe, il est l’heure de se retirer et de passer au lit.

Lundi. A tout seigneur, tout honneur. Elle se réfugie auprès du très sérieux Prof, doyen de la bande. Plus versé dans l’explication de texte que le sexe. Prolixe, il parla, parla théorie, jusqu’au petit matin mais fut incapable de passer à la pratique.

Mardi. Nouvel essai, son choix : Simplet. Qui, dépassé, sur l’objet, la finalité, n’y comprit rien de rien et fut incapable de trouver le bon chemin. Mauvaise pioche, ce qui est fâcheux pour un mineur.

Mercredi, Atchoum. Catastrophe.  Il secoua la Belle comme un prunier à force d’éternuer. « A vous souhaits, à vos souhaits… » Quant aux souhaits de l’ingénue, il fut bien en peine d’assurer.

Jeudi, au tour de Grincheux, un fâcheux, qui à chaque proposition par principe répondra :  non et non et non et grognera comme un cochon. Se glissant sous l’édredon, toujours bougon, exigeant qu’on lui fiche la paix, refusa de  s’occuper du tendron.

Vendredi, on s’acheminait vers la fin du séjour.  Au tour de Timide, devant la teneur du dossier évidemment paralysé. Comme prévisible, le fiasco au dodo.

Samedi. Faites vos jeux. Game is ovaire. Joyeux ! Blague sur blague, éclats de rire. Des blaguettes mais pour le tour de baguette magique, bernique.

Enfin. Dormeur, le dernier. A peine allongé, il se livra  voluptueusement aux délices de sa nature profonde.

C’était raté, râpé.

A la frustrée, puisque la cavalerie n’arrivait pas, consciente qu’elle ne pourrait décidément compter sur les Nains, ne restait, piètre consolation, que sa main. *

 

Ce point éclairci, la suite présente moins d’intérêt.

Vous pouvez maintenant retourner à votre version classique.

 

Virginité par force préservée, en partie responsable mais bénéficiaire, le Prince Charmant ne saura prétendre à indemnités.

Pour faire pardonner son absence,

peut-être lui offrira-t-il judicieusement la célèbre petite robe noire de Guère-Nain ?

 IMG_3635

*** fin ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.