Il était résolument chaud,

elle resta froide.

Pourquoi ?

 T747 le bouc

Sans tenir de propos alambiqués,

ainsi répliqua franco la bique au bouc :

 

«  Le Créateur a été victime d’une panne de secteur

Quand à la conception Il t’a collé cette suffocante odeur !

Par les cornes de Belzébuth,

Que tu pues, que tu pues…

 

Par la barbe à papa

Par toutes les gommes arabiques d’Afrique

Le voilà bien le hic :

Tu pues, tu pues…

 

Tu fus enveloppé d’un discret parfum de violette

Que je n’eus pas dit non à des relations et fais la coquette

Sûr que tu m’aurais plu et t’aurais présenté volontiers mon …

Mais là, franchement : que tu pues, que tu pues…

 

Ton fumet sort droit de la grande rôtisserie, c’est l’enfer !

A ce prix, mieux vaut  être privée des plaisirs de la chair

Ces senteurs agressent les narines à des lieues à la ronde

Passe-toi à l’eau de Javel et je consentirai à la bagatelle

 

Pour des rapports vraiment fructueux sinon vertueux

Je choisis sans hésiter l’argent qui lui n’a pas d’odeur.

Que tu pues, que tu pues…

 

En attendant, bye bye

Loin d’ici en vitesse je me taille. »

Pour réussir dans les affaires, mieux vaut, dit-on, avoir du nez.

Ce qui ne fut pas favorable au malheureux encorné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.