27. avril 2016 · 20 commentaires · Catégories: Petitalan, photos · Tags:

160318  MC 023 (3)

20 commentaires

  1. ils font grève les roulants, malgré la retraite à 53 ans, un salaire confortable, de nombreuses primes !
    Bon, il y a du progrès puisque pour pallier aux trains manquants, il y a un service de bus !
    Pas grand monde en gare, serait ce un terminus !
    Bien à toi, le printemps se relance doucement !
    566551DSCN2769.jpg

    • Es-tu sûr de ce que tu affirmes ? Salaires confortables ?
      Gare de Bourges, 20 minutes d’arrêt. Les voyageurs sont déjà dans les voitures, ceux-là sont des accompagnateurs qui restent jusqu’au départ pour un dernier coucou.
      Soleil à Paris. J’ai quand même remis le bonnet.
      Bonne journée.

  2. Peu de monde sur le quai … j’aime ton image, son effet de profondeur et le reflet dans cet arrondi noir …
    Belle journée à toi Alain. C’est tout gris par ici

    • C’est loin d’être une image parfaite mais elle dégage (je veux le croire) une certaine ambiance.
      Soleil à Paris mais il ne fait pas vraiment chaud. Je garde mon fil.
      Bien à toi. Bonne journée.

  3. Tiens … Ferrat … Le chef de gare …
    De la bêtise il s’en fout …

    https://www.youtube.com/watch?v=_ysyW5uK_kg

    a.l.s

  4. Sympa ce cadrage.
    Bonne journée Alain

  5. J’ai rarement vu un quai aussi vide. Maintenant, si c’est à Bourges…
    J’aime aussi ce cadrage

    • En confidence , je n’étais pas vraiment sûr de mon coup. Mais ne nous étonnons plus de rien. Et puis, finalement, c’est rassurant cette acceptation de la différence.
      Bien à toi et amicalement.

  6. une ambiance « quai de la gare » toujours un peu floue, un départ ou un retour, une retrouvaille ou une séparation, finalement ta photo donne le bon message
    toujours frais .. que fait la police !
    Bon mercredi

    • Ils attendent le départ pour faire un dernier coucou à qui part. Les voyageurs sont en voiture depuis un bon moment d’où ce quai quasi désert. Tu sais tout.
      Pris au travers des vitres, qui sont rarement propres. La prise n’est pas vraiment excellente.
      La police ? Que fait-elle ? Rien, elle manque d’assurance.
      Soleil jusqu’ici et ici mais ça vire.
      Bonne journée à toi.

      • D’accord avec Bernieshoot pour l’ambiance des gares …
        Mais je vais plus loin :
        Le flou nous fait penser à un tableau intemporel, bien plus intéressant que la photo elle-même .
        Un groupe attend, vêtements passe-partout, contours estompés
        Eternels personnages qui accompagnent ou attendent dans une ambiance feutrée
        Depuis quand ? Mystère !
        D’où venus ? On ne sait …
        N’était la machine futuriste; on pourrait croire à des spectateurs du siècle dernier, immobolisés pour toujours, ou encore à une apparition de gentils fantômes pour rassurer les voyageurs solitaires

        • levons délicatement le rideau qui enveloppe ce mystère, du moins sur quelques points.

          Sûrement des Berrichons. Impassibles, je le confirme. Ils accompagnaient jusqu’au train des voyageurs – famille ou amis – qui prenaient la direction Paris. Le train Montluçon-Paris qui transite par Bourges pour accrocher d’autres rames venues de plus bas, Tours ou Limoges ou plus loin, marque toujours un long temps d’arrêt pour les manœuvres – entre 20 et 30 minutes. Eux venus à l’heure d’arrivée ont attendus immobiles, faisant un petit signe de temps en temps, jusqu’au départ. C’est cela l’amour ou l’amitié. Visiblement ils ne se débarrassaient pas d’importuns mais n’exprimaient rien.
          D’où j’étais, à l’intérieur, derrière des vitres sales, la photo ne pouvait pas vraiment être bonne. Je l’ai prise telle qu’elle est, pour une certaine atmosphère. Et puis, en confidence, la photo léchée, ce n’est pas mon truc. Je veux la VIE, pas la carte postale – ce que je sais faire, néanmoins. Mon matériel n’est pas perfectionné ni puissant, je m’en contente, c’est mon choix – que je regrette parfois.
          Bonne soirée.

          • Mes questions n’étaient que pour la forme ^^
            Elles renforçaient simplement cette notion de flou et d’intemporel …
            Comme l’amitié, en somme, qui n’a pas besoin de parader pour exister ..;
            Attente, disponibilité, effacement, nostalgie … Ces petits riens _ une présence _ qui donnent une âme ..Les cartes postales étalent et mettent souvent un vernis en ôtant toute vie
            La perfection, c’est souvent une nature morte, mais le petit défaut et le petit détail insolite font vivre la photo

  7. Les cheminots partent comme tout le monde à présent.. Et ceux qui partent avant 60 ont une décote énorme… Le problème de la sncf est plutôt à présent de les décider à partir malgré une retraite minorée…virer le max de monde pour pouvoir privatiser par petits bouts…. Les nouveaux ne sont plus au statut… On pousse les anciens et les compétences vers la sortie.. On embauche des jeunes pas formé et la machine intérimaire tourne à fond les manettes…. Comme partout… Les caisses de train prennent le camion d’une région à l’autre.. C’est plus écologique… Etc dit la marmotte femme de cheminot à petite retraite avec une décote malgré 40 ans de cotisations….. Sur ta photo on dirait un oeil d’alien qui épie le quai

    • J’espère que Trublion lira ton com. Aux yeux du grand public (eux, nous) les fonctionnaires sont forcément des nantis puisqu’ils bénéficient d’ene relative sécurité d’emploi, pour le moment.
      L’œil de l’aliénation n’est qu’un coque en plastique du siège. Tout va bien, ils se tiennent, les aliénés, encore à distance mais ouvrons l’œil.
      BIEN À TOI ET PORTE-TOI MIEUX.

  8. Normalement, ma mère devrait être à Bâle chez son dentiste aujourd’hui. Elle n’a pas pu aller hier, à cause…ben oui, ma grève des trains. Bon, il ne m’appartient pas à juger à uqel point la grève est juste ou non.
    En tout cas c’est très ennuyeux.

    • Ce sont incontestablement les champions du monde de la grève, comme autrefois Air France. Peut-être la dernière grande entreprise où les syndicats sont encore influents. Je comprends l’équilibre qu’ils amènent (que devraient) amener les syndicats dans les entreprises, face à des types du genre de Gattaz, l’homme au pin’s 1.000.000 d’emplois, le culot ! Tout est dans la mesure. Mais j’ai trop de copains à la SNCF (je les salue au passage, je tiens à ma carte GRAND VOYAGEUR) et je souhaite rester en bonnes relations (par train ou par car)
      La grève, forcément, c’est toujours ennuyeux, sinon elle n’existerait pas. Et là est le pouvoir des syndicats, de neutraliser.
      Bise directe;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.