En son insulaire royaume la reine d’Angleterre possède trois châteaux.

L’un entièrement dédié à ses nombreux et pittoresques chapeaux

L’autre pour y ranger chaussures, escarpins, bottillons, baskets et petits sabots

Le troisième pour ses oripeaux et culottes Petit Bateau (Little boat)

Des culottes, comme le commun, la reine en a collection, ne vous étonnez pas !

 

T999 culottes 160721 MC 005

 

Dans chaque château sa Gracieuse Majesté discrètement se rend

Pour y puiser le nécessaire adéquat à la nature des événements.

Dans sa vie privée, ses royales culottes baisse quand elle va sur le trône

Et les relève dignement quand pour ses obligations elle se rend sur le trône.

Pendant ce temps, la succession le prince Charles attend.

Comme la maternelle culotte, sur le trône, Charles montera, montera pas ?

Dans la vie ordinaire des familles royales, il y a des hauts et des bas.

Mais de cela Paris-Match ne fait jamais état.

Shocking ! Secret d’état.

 

Sartène.

Forêt de Tronçais (Allier)

25. avril 2017 · 6 commentaires · Catégories: Petitalan, photos · Tags:

De mémoire, jamais personne ne lui avait accordé considération et admiration

L’âne, ce qu’il estimait être franche injustice, ça le rendait grognon

– ce qui pourrait expliquer son proverbial caractère de cochon (!) –

Jusqu’à le reprocher injustement au voisin du moment un papillon

D’une beauté telle que de ses semblables certains faisaient collection.

 

T752 papillon & âne 160812 L 027 (4)

Le bourricot enrageait, s’en prenant à l’innocent qui placidement butinait.

« Tu es gracieux, ton vol est léger, tu as de belles couleurs, je te l’accorde

Quand tu te poses tu n’insultes pas la beauté des fleurs, cela je le sais

Mais fragile créature, misérable sans oreilles, sans pattes, sans cou ni croupe,

Le moindre souffle de vent au loin inexorablement t’emportera vers le néant.

Peu me chaut les éléments, la précarité, la fragilité, je ne connais pas !

Vois comme je suis fort et solidement planté sur mes quatre sabots.

De plus tu es réduite au silence, bien incapable de donner de la voix.

Ecoute à l’instant combien mon organe est puissant : hi han hi han ! »

 

Le papillon répondit à sa façon, par signes, sans élever le ton :

« Tends tes grandes oreilles et écoute-toi, ton braiment n’est guère mélodieux,

A t’entendre te manifester, de mon sort je déclare être heureux

Muet soit ! mais contrairement à toi, je n’ai pas à faire l’âne pour avoir du son ! »

Bien que privé de denture, du papillon la répartie fut incisive et mordante.

Le comble : être grillé par un flambé !

 

L’âne, profil bas, mit illico en sommeil son ego et se promit de mesurer à l’avenir ses propos.

Cela vaut avis à qui se lancerait inconsidérément dans l’invective avec de gros sabots.

*** fin ***

Et ne manquez pas la version d’Alain Gautron (le Rêve Bleu)

http://alain.apln-blog.fr/